La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


Annonces

Expéditions


L’explorateur Adam Shoalts arrive au terme de l’expédition pancanadienne dans l’arctique


Le 6 septembre 1017, après avoir parcouru 4 000 kilomètres de randonnée dans le muskeg et avoir franchi en canoë d’innombrables lacs et rivières glacés, s’alimentant de plus de 1 100 barres protéinées et du contenu de deux caisses de nourriture livrées par avion de brousse, Adam Shoalts a atteint le lac Baker, au Nunavut, point terminal de l’Expédition pancanadienne dans l’Arctique.

Tout a commencé à la mi-mai, à Old Crow, dans le nord du Yukon. Shoalts s’est tourné vers l’est et a quitté le petit village Gwich’in pour un périple en solitaire au cours duquel il a franchi à plusieurs reprises le Cercle arctique dans le nord du Canada, à travers trois territoires. Toujours aussi pragmatique à l’endroit d’une entreprise qui apparaîtrait sans doute tout sauf pragmatique aux yeux de la plupart des gens, l’explorateur se préoccupait davantage de la perspective des vents arctiques soufflant sans relâche que d’éventuelles rencontres avec des grizzlis ou des ours polaires.

Comme il le raconte à Canadian Geographic la veille de son départ, « Je traite le parcours de 4 000 kilomètres comme une suite de voyages plus courts. Mentalement, c’est comme cela que je le perçois. Physiquement, bien sûr, c’est un long voyage continu. »

Les communications étaient sporadiques, caractérisées par des périodes de silence d’une ou deux semaines et de conversations irrégulières par téléphone satellitaire avec sa famille et son équipe de soutien en communication dans le Sud. Pendant presque quatre mois, ils ont alimenté pour lui sa page Facebook, le montrant pagayant contre le courant du puissant fleuve Mackenzie, atteignant le hameau Dene de Fort Good Hope, T.-N.-O. (la dernière collectivité qu’il rencontrera avant d’arriver à Baker Lake, au Nunavut, 86 jours plus tard), et bloqué sur une île et attendant le départ des glaces sur le Grand lac de l’Ours. À la fin de son long périple, l’hiver amorçait déjà son retour dans le Nord.

L’Expédition pancanadienne dans l’Arctique de Shoalts, commanditée par la Société, était une migration monumentale, méticuleusement planifiée, mais quand même chargée de risques à travers des paysages du Nord canadien que peu de gens verront — et que personne d’autre peut-être ne verra dans un seul périple continu.

Pour lire une entrevue exclusive accordée par Adam Shoalts au terme de l’expédition et voir des images de son parcours, cliquez ici.


« Dans mon enfance, j’entendais souvent parler de l’aciérie de Sydney, des mares de goudron et de la controverse entourant leur décontamination. Plus je lisais et j’apprenais de choses, plus ma curiosité grandissait. Cela me semblait un sujet d’étude tout indiqué. »

— Hannah MacDonald,
Université Mount Allison
© 2017 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH