Prix de l’innovation environnementale 3M
Des solutions
environnementales novatrices
qui font une différence

 

Lauréat 2010 - Frank van Biesen


Frank van Biesen (Photo : David Trattles)

La chasse au papier sans empreinte
Frank van Biesen le dit franchement : l’empreinte carbone attribuable à son secteur d’activité est énorme. « L’industrie des pâtes et papiers est un grand émetteur de gaz à effet de serre en raison de sa consommation élevée de combustibles fossiles », déclare le vice-président de la technologie de Produits Kruger à Mississauga, en Ontario, « et on ne peut pas dire que c’est aux autres de régler le problème. C’est aussi simple que ça. »

Cliquez sur l’image pour élargir

Gauche à droit: André Préfontaine, Président et Éditeur, Canadian Geographic Enterprises, Frank van Biesen, Elise Maheu, responsables des gouvernementales, 3M Canada (Photo : David Barbour)
Au cours des trois dernières années, l’ingénieur en mécanique d’origine néerlandaise a ouvert la voie du développement durable à son entreprise, le plus grand fabricant de mouchoirs en papier au Canada et une division du géant des pâtes et papiers Kruger Inc. En premier lieu, M. van Biesen a créé un poste de gestion et conservation de l’énergie à Produits Kruger. Ensuite et surtout, il a procédé à la mise en place d’un système de gazéification de la biomasse dans l’usine de mouchoirs en papier Kruger située à New Westminster (Colombie-Britannique), sur les rives du fleuve Fraser, dans la banlieue densément peuplée de Vancouver.

La technologie, mise au point par Nexterra Systems Corporation de Vancouver, convertit en un gaz de synthèse qui brûle proprement les résidus de bois produits par les scieries et les usines de pâtes locales et même les résidus des arbres tués par le dendroctone du pin ponderosa. Ce gaz sert à produire de la vapeur qui assèche le papier. Quelques mois après sa mise en service au mois de décembre 2009, le système de gazéification permettait de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 p. 100 — ce qui équivaut à retirer 4 000 voitures de la circulation dans une année — et de répondre à 50 p. 100 des besoins en énergie, diminuant d’autant la consommation du gaz naturel. C’est la première application commerciale de ce procédé dans l’industrie nord-américaine des pâtes et papiers, révèle M. van Biesen.

Sa détermination à promouvoir les technologies vertes au sein de l’industrie a valu à M. van Biesen le Prix de l’innovation environnementale 3M 2010, qui est décerné par la Société géographique royale du Canada et 3M Canada.

La façon dont M. Van Biesen a mené sa barque montre comment les grandes entreprises ont le pouvoir d’améliorer notablement la protection de l’environnement, confie Jim Dangerfield, vice-président exécutif de FPInnovations, un institut de recherche forestier privé et à but non lucratif établi à Pointe-Claire (Québec) qui assure la surveillance du système de gazéification. « La réalité, c’est qu’on peut bien se casser la tête à faire de la recherche, affirme M. Dangerfield, mais s’il n’y a personne dans l’industrie pour s’en prévaloir, ça n’aboutira nulle part. Il faut des personnes comme Frank van Biesen, qui sont prêtes à adopter de nouvelles technologies. »

En plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre, les gazéifieurs de biomasse installés à New Westminster feront économiser à Produits Kruger plusieurs millions de dollars par année, estime M. van Biesen, qui cherche maintenant des technologies propres pour les quatre autres usines de la société au Canada et aux États-Unis.

Monique Roy-Sole


SGRC



3M Canada



Canadian Geographic

   © 2017 La Société géographique royale du Canada MÉDIA  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS