La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


 

Médaille Massey

Lauréat 2008 - Bruce Mitchell

Bruce Mitchell. (Photo : Mathew McCarthy)

La richesse de l’eau
Considérant qu’il est né et a grandi à Prince Rupert, sur la côte nord-ouest de la Colombie-Britannique, où les pénuries d’eau ne constituent vraiment pas un problème, on pourrait se demander comment Bruce Mitchell en est venu à s’intéresser à la gestion des ressources en eau. Mais la réponse est peut-être plus évidente qu’on ne le croit. Lorsqu’il étudiait au secondaire puis à l’université, M. Mitchell a travaillé dans des usines de transformation du poisson, puis comme homme de pont sur un bateau de pêche à la traîne. Il n’a jamais oublié cette expérience concrète dans une industrie de ressources. Il est devenu professeur de géographie à l’Université de Waterloo, dans le sud-ouest de l’Ontario, et a passé quarante ans à étudier les rouages de la gestion de cette précieuse ressource naturelle.

Sa principale contribution a porté sur la « gestion intégrée des ressources en eau », axée sur certaines variables touchant l’eau et les écosystèmes environnants, plutôt que sur l’approche classique, en vogue dans les années 1960 et 1970, consistant à formuler des politiques globales pour l’ensemble d’un bassin hydrographique. D’après Bruce Mitchell, la collecte des diverses données scientifiques nécessaires à la conception d’une approche globale prenait trop de temps pour être pratique. Au début des années 1980, il a commencé à se concentrer sur les facteurs qui exercent une grande influence sur les réseaux hydriques.

En reconnaissance de sa réflexion critique et de son approche pragmatique envers les questions de gestion de l’eau, M. Mitchell a reçu la Médaille Massey pour réalisation exceptionnelle dans le domaine de la géographie canadienne, pour l’année 2008.

Établi par le gouverneur général Vincent Massey en 1959, ce prix est administré par la Société géographique royale du Canada.

L’approche intégrée mise au point par M. Mitchell a été appliquée aux Grands Lacs. Au lieu d’élaborer des politiques touchant l’ensemble du bassin des Grands Lacs – une tâche colossale eu égard à l’immense population touchée et aux nombreux paliers de gouvernement (nationaux, étatiques, provinciaux et municipaux) en jeu –, la Commission mixte internationale, qui s’occupe des questions hydriques le long de la frontière Canada-États-Unis, s’est concentrée sur 42 sous-écosystèmes, tels les ports, les baies et les estuaires.

À l’échelle internationale, M. Mitchell a été approché par des gouvernements et des universités de l’Australie, de l’Indonésie, de la Chine, du Nigeria et de l’Inde.

« Bruce est une des premières personnes à avoir pris conscience qu’en fait, ce ne sont pas les ressources qui ont besoin d’être gérées, mais c’est nous », souligne Philip Dearden, professeur de géographie à l’Université de Victoria qui a corédigé avec M. Mitchell un ouvrage sur la science et la gestion de l’environnement.

En fait, quand on lui demande quel est aujourd’hui le problème le plus urgent de gestion de l’eau au Canada, Bruce Mitchell répond sans hésiter que de trop nombreux Canadiens continuent de croire que nous avons de l’eau en abondance et, par conséquent, la gaspillent. « Il est beaucoup trop facile pour nous, comme personnes, de critiquer les gouvernements ou l’industrie, mais en dernière analyse chacun d’entre nous est un gestionnaire de l’eau. »

— Monique Roy-Sole

Lauréat 2009 »

« Les élèves adorent participer au Grand défi en géographie, et chaque année ils apprennent de nouvelles choses. Merci d’avoir créé cet excellent outil de motivation pour la géographie. »

— W.R. Best Memorial Public School, Shanty Bay (Ont.)
© 2017 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH