La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


 

Médaille Massey

Lauréat 2010 - Raymond Price

Raymond Price. (Photo : Bernard Clark)

Une montagne de connaissances
C’est un véritable hommage aux contributions apportées par Raymond Price à l’étude des montagnes qu’ont rendu en 2004 les géologues de 16 pays réunis à l’occasion d’un symposium de la Geological Society of America pour célébrer le 50e anniversaire de la parution du premier article de leur confrère, intitulé simplement « Whence the Mountains? » Les géologues ont présenté 56 communications sur divers aspects de la géologie structurale et de la tectonique des plaques qui ont été influencés par les recherches de M. Price.

Depuis cette année de 1954 où il faisait ses études de premier cycle et s’interrogeait sur l’origine des montagnes, M. Price, professeur émérite de géologie à l’Université de Queen’s, à Kingston (Ontario), a consacré une bonne partie de sa carrière à déterminer le processus de formation des montagnes, en particulier dans le sud de la Cordillère canadienne. « Il a fondamentalement modifié notre compréhension de la création de ces chaînes de montagnes», déclare David Boerner, un des directeurs généraux de la Commission géologique du Canada (CGC) à Ottawa.

Ses recherches novatrices sur l’évolution tectonique de la Cordillère canadienne lui ont valu la Médaille Massey 2010. Ce prix, créé par le gouverneur général Vincent Massey en 1959 et décerné par la Société géographique royale du Canada, souligne des réalisations exceptionnelles dans le domaine de la géographie du Canada.

Natif de Winnipeg, M. Price n’avait jamais vu de montagne avant 1952, année où l’étudiant de l’Université du Manitoba a décroché un emploi d’été à la CGC. « Par chance, cela m’a amené aux monts Purcell, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, se souvient-il. J’ai été immédiatement fasciné par les montagnes et par la façon dont elles avaient bien pu devenir ce qu’elles étaient. »

M. Price a passé quelques étés à cartographier la géologie des monts, travail qui « consistait à escalader à pied le versant d’une montagne, jusqu’à plusieurs mille pieds d’altitude, puis à redescendre, et à noter le nom de toutes les roches aperçues à l’aller et au retour ». Cette formation exigeante a sans nul doute contribué à la découverte scientifique la plus importante du géologue, qu’il a effectuée des années plus tard, à savoir le processus géophysique qui a laissé un témoignage détaillé de l’évolution des Rocheuses durant leur formation et qui est préservé dans les sédiments du bassin d’avant-pays, une dépression à la limite de la zone montagneuse.

Au cours de sa carrière, M. Price a occupé tour à tour des postes à la CGC et à l’Université de Queen’s. En 1987, il a été sous-ministre adjoint au ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources. Dans ces deux sphères d’activité, le géologue a prôné l’intégration de différentes disciplines pour aider au règlement de problèmes sociaux importants, tels que le stockage des déchets nucléaires du Canada. Il a joué un rôle de premier plan dans l’établissement de Lithoprobe, un programme multidisciplinaire visant à déterminer la composition, la géométrie et l’évolution du continent nord-américain. Enfin, c’est en partie grâce à lui que le Canada a pu participer au programme de sondage des fonds marins consacré à l’étude du plancher océanique, décrit comme « le dernier territoire inexploré ».

— Monique Roy-Sole

« Lauréat 2009 Lauréat 2010 »

« Dans mon enfance, j’entendais souvent parler de l’aciérie de Sydney, des mares de goudron et de la controverse entourant leur décontamination. Plus je lisais et j’apprenais de choses, plus ma curiosité grandissait. Cela me semblait un sujet d’étude tout indiqué. »

— Hannah MacDonald,
Université Mount Allison
© 2018 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH