La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


 

Médaille Massey

Lauréat 2011 - David Livingstone

David Livingstone, lauréat de la Médaille Massey, dans la baie de Yellowknife, sur le Grand lac des Esclaves (T.N.-O.) (Photo : Fran Hurcomb)

Sur la corde raide
David Livingstone connaît bien les difficultés qu’il y a à évoluer sur la corde raide tendue entre les exigences contradictoires de l’exploitation et de la conservation des ressources. Il a occupé pendant 16 ans le poste de directeur, Environnement et Ressources renouvelables des Territoires du Nord-Ouest, au ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, et, à un moment donné, il était responsable de l’exploitation minière et de la restauration des sites miniers abandonnés ou contaminés. Or, cet ancien fonctionnaire à la retraite depuis 2009 estime que les deux sphères d’activités ne sont pas incompatibles. « Faisons du développement, faisons-le de façon responsable, déclare-t-il, mais assurons-nous d’exercer une bonne intendance environnementale. »

Ce principe a guidé M. Livingstone dans les années 1990 alors qu’il contribuait à la constitution d’un organisme indépendant de surveillance environnementale appelé à superviser la gestion environnementale de la mine de diamants Ekati, la première au Canada. Faute d’une telle supervision indépendante, les administrations autochtones des Territoires du Nord-Ouest auraient pu refuser leur appui à l’exploitation. Depuis, deux organismes inspirés du même modèle ont été créés. L’un surveille la gestion environnementale de la mine de diamants Diavik et l’autre, celle de la mine de diamants du lac Snap, propriété de la société De Beers.

M. Livingstone a également été le principal architecte fédéral de la stratégie des zones protégées, un plan communautaire visant à établir un réseau de zones protégées dans les Territoires du Nord-Ouest. Bien que la préservation des régions, dont certaines sont aussi vastes que l’île de Vancouver, soit d’une lenteur frustrante, au moins, maintenant, il existe une volonté de conservation, selon M. Livingstone. Lorsque celui-ci s’est investi dans l’élaboration de la stratégie, qui a été adoptée en 1999, même son propre ministère y était opposé.

Pour cette initiative pionnière et d’innombrables autres du même genre mises en œuvre dans les Territoires du Nord-Ouest, par exemple l’intendance des bassins hydrographiques et la gestion de la harde de caribous de Bathurst, M. Livingstone a reçu la Médaille Massey 2011. Ce prix, créé par le gouverneur général Vincent Massey en 1959 et administré par la Société géographique royale du Canada, souligne des réalisations personnelles exceptionnelles en géographie du Canada.

M. Livingstone a une liste impressionnante de réalisations à son actif, et sa conception du partenariat lui a mérité le respect des habitants du Nord. Originaire d’Elliot Lake, en Ontario, il a vécu à Yellowknife pendant près de 25 ans, et il croit fermement que la population et les administrations autochtones doivent faire partie intégrante du processus décisionnel relatif au développement industriel et aux travaux de conservation prévus sur leur territoire. « La force de David a toujours été de s’assurer que les citoyens intéressés prenaient une part directe, et non pas symbolique, aux décisions », affirme Gary Bohnet, sous-ministre du ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles des Territoires du Nord-Ouest et ancien chef de la Nation métisse. « Les nouveaux programmes environnementaux devraient être conçus au niveau local dans une perspective ascendante, et non imposés par Ottawa ou Yellowknife », soutient-il.

— Monique Roy-Sole

« Lauréat 2010 Lauréat 2012 »

« Dans mon enfance, j’entendais souvent parler de l’aciérie de Sydney, des mares de goudron et de la controverse entourant leur décontamination. Plus je lisais et j’apprenais de choses, plus ma curiosité grandissait. Cela me semblait un sujet d’étude tout indiqué. »

— Hannah MacDonald,
Université Mount Allison
© 2017 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH