La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


 

Programme d’expéditions

Expédition de l’année 2010


Affaissement du sol au Yukon, où une portion du pergélisol a dégelé. (Photo : Antoni Lewkowicz)

Pergélisol fondant
Antoni Lewkowicz a vu des signes évidents de dégel du pergélisol dans le Grand Nord canadien : une route du Yukon en train de se déformer et un glissement de terrain, près de Carmacks, dans le sud du territoire, qui a entraîné la formation d’une cuvette d’une trentaine de mètres de profondeur, le rejet de débris dans une rivière de pêche au saumon et la destruction d’une forêt au fond d’une vallée. Il est clair que, partout dans l’Arctique, les changements climatiques ont une incidence sur cette couche de sol gelée, mais celle-ci fond à des endroits et à une vitesse qu’on peut difficilement déterminer autrement qu’après coup, précise le professeur de géographie de l’Université d’Ottawa, qui étudie le pergélisol depuis 35 ans. « Notre capacité de prédire le temps que cela prendra et l’endroit où cela se produira est limité », déclare-t-il.

Antoni Lewkowicz (à droite) avec les étudiants Christina Miceli et Max Duguay. (Photo : Christina Miceli)
L’été dernier, dans le cadre d’une étude à long terme sur le dégel du pergélisol, Antoni Lewkowicz et les étudiants de troisième cycle Christina Miceli et Max Duguay ont installé dix stations de surveillance le long du tronçon de 1 300 kilomètres de la route de l’Alaska qui relie Fort St. John (C.-B.) et Whitehorse (Yukon). Antoni Lewkowicz s’est vu allouer les 25 000 $ que la Société géographique royale du Canada a attribués à l’expédition de l’année 2010, financée par le projet Eau Bleue RBC.

Les stations longent le même tronçon qu’avait étudié le spécialiste du pergélisol Roger Brown en 1964. Depuis, le pergélisol a disparu dans la moitié des endroits où il avait été observé par Brown. Neuf des dix emplacements surveillés par Antoni Lewkowicz et ses étudiants présentent une couche de pergélisol mince, c’est-à-dire moins de 10 mètres d’épaisseur, et s’avèrent donc très sensibles aux changements climatiques. « Le pergélisol pourrait y disparaître même de mon vivant », estime Antoni Lewkowicz.

Cette recherche vise à mieux faire comprendre les effets de l’amincissement du pergélisol sur l’écologie, les ressources en eau douce et les infrastructures, telles que les routes et les oléoducs, et son rôle dans le déclenchement de catastrophes naturelles comme les glissements de terrain. « Ce n’est qu’en réalisant ce genre d’étude à long terme qu’on pourra se faire une idée de la vitesse à laquelle le pergélisol fond, soutient Antoni Lewkowicz. La Société et le projet Eau Bleue RBC investissent dans des travaux appelés à se poursuivre pendant longtemps. »

— Monique Roy-Sole





Le pergélisol et les changements climatiques
Antoni Lewkowicz, Christina Miceli et Max Duguay
Expédition soutenue par le projet Eau Bleue RBC®

Cliquez sur la carte pour l’agrandir
Carte : Steven Fick/Canadian Geographic

Christina Miceli


Lire le blog de Christina ... (en anglais seulement)

Max Duguay


Lire le blog de Max ... (en anglais seulement)

L’expédition de l’année 2010 a permis d’examiner l’état thermique du pergélisol au Yukon et dans le nord de la Colombie-Britannique. Au Canada, près de la moitié de la masse terrestre se trouve dans une zone de pergélisol. Or, le pergélisol canadien, malgré son abondance, est vulnérable aux effets des changements climatiques, et sa modification risque de se répercuter sur les ressources d’eau douce dans le Grand Nord canadien.

« On sait que le pergélisol dégèle à sa lisière sud, où la température est très proche de zéro, explique Lewkowicz. Si la température s’élève d’un ou deux degrés, le pergélisol disparaîtra. »

Comme le pergélisol est sensible aux fluctuations de température, il s’avère un bon indicateur des changements climatiques. « Nous prenons des relevés de température dans le sous-sol, explique le professeur Lewkowicz. L’analyse rigoureuse des relevés nous indique si le climat s’est réchauffé ou non. Plus on creuse, plus on recule dans le temps. Un peu à la manière d’un astronome qui étudie les origines de l’univers. »

L’expédition de 2010 permettra de dresser une carte détaillée de l’évolution des limites des zones de pergélisol dans la région étudiée grâce aux relevés sur le terrain et à la modélisation des systèmes d’information géographique.

Origine des citations du professeur Lewkowicz :
« Les mystères du froid : À la recherche d’explications aux changements climatiques », magazine TABARET, Université d’Ottawa 

 

Pour plus d’informations :

haut de la page


Les sommets du Canada – une expédition visant à gravir les plus hauts sommets de chaque province et territoire. « Bienvenue à une expédition historique, qui a pour but de faire connaître le Canada aux Canadiens et au reste du monde. L’héritage de cette quête réside non pas dans les empreintes que nous laisserons sur les montagnes, mais dans l’impact qu’elle aura sur la vie des gens. Ensemble, nous pouvons changer les choses, un pas à la fois. »

— James Coleridge, chef d’expédition,
Sommets du Canada
© 2017 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH