La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


 

Programme d’expéditions

Comité d’expéditions

CO-PRÉSIDENT

Michael Schmidt

Michael Schmidt (Haines Junction, YT)

Gouverneur sortant de la SGRC et coprésident actuel du programme d’expéditions de la Société, Michael Schmidt a dirigé l’expédition de la SGRC pour mesurer la hauteur du mont Logan en 1992. En tant qu’ingénieur et photographe, Michael a exploré les régions canadiennes les plus éloignées que ce soit en flottant sur une île de glace dans l’océan Arctique, en skiant sur l’île Bylot, au Nunavut, ou en explorant la Cordillère de l’Ouest et les océans au large de l’île de Vancouver. Au fil des ans, d’autres aventures l’ont amené à l'Himalaya, aux Alpes et en Scandinavie.

John Pollack

John Pollack (Nelson, C.-B.)

John C. Pollack de Bonnington, C.-B, est un ancien chercheur scientifique principal Canadien qui a travaillé pour le gouvernement provincial de la Colombie Britannique. Il possède une expérience de toute une vie en exploration scientifique et surtout dans le domaine de la spéléologie et l’archéologie sous-marine. Il a ajouté plus de 35 sites sous-marins à l’inventaire archéologique national. Il a dirigé des projets cartographiques dans quelques-unes des plus grandes cavernes sur la planète au Laos et à Bornéo. Il a travaillé avec des archéologistes éminents au Yukon, en Colombie Britannique, en Jamaïque et au Vietnam.

LES MEMBRES DU COMITÉ

Jean-Marie Beaulieu

Jean-Marie Beaulieu (Vieux Chelsea, QC)

Jean-Marie Beaulieu a vécu au Nord pendant 19 ans. Il a voyagé dans la région en compagnie des Inuits en motoneige et dans le Nunavik en traîneau à chiens. Ensuite, il a déménagé et s’est installé à Yellowknife afin de travailler pour le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest où il a développé et mis en œuvre des programmes scolaires d’études nordiques et d’études sociales. Ses diplômes sont le fruit de ses études supérieures concentrées sur l’étude du Nord et de ses habitants. Il était conseiller supérieur en sciences à la Commission canadienne des affaires polaires. Il a participé à la planification et à la réalisation de l’Année polaire internationale (API) de 2007-2008 qui lui a valu la médaille d’Or de la SGRC en tant que membre du comité national de l’API de 2010. Grand amateur de plein air, il a fait du canoé sur plusieurs rivières nordiques et a skié sur plusieurs montagnes, entre autres, les Monts Groulx. Il est un Fellow de la SGRC depuis 1998 et il a siégé à plusieurs comités. Enfin, il a traversé le nord de l’Espagne, empruntant ainsi le chemin vers Compostelle en compagnie de son plus jeune fils.

Lisel Currie

Lisel Currie (Calgary, AB)

Lisel Currie est chercheuse scientifique à la Commission géologique au Canada à Calgary. Elle avait le privilège de mener ses recherches sur la chaîne Côtière de la Colombie-Britannique, la chaîne Columbia à l’ouest de Jasper, les monts Mackenzie au sud-ouest des Territoires du Nord-Ouest, les montagnes Rocheuses du nord-est de la Colombie-Britannique et sur l’île Bylot au Nunavut. Son premier contact avec la Société géographique royale du Canada fut lorsqu’elle a été élue membre de l’expédition vers le mont Logan en 1992. Cette expédition a confirmé la hauteur de la montagne au Yukon à l’aide d’un GPS. Elle a utilisé des échantillons qu’elle a recueillis lors de l’expédition pour prouver que les roches qui se trouvent à la base du mont Logan refroidissaient rapidement, et ce, à plusieurs reprises au cours de ces dernières 150 millions d’années.

Shelly Elverum

Shelly L.K. Elverum (Pond Inlet, NU)

Shelly Elverum, Fellow de la SGRC, a grandi dans l’Arctique canadien et est retournée au Nunavut en 2000. Elle collabore avec l’équipe du projet lauréat Ikaarvik: Barriers to Bridges afin de permettre aux collectivités du Nord de s’exprimer à haute voix dans le domaine des sciences de l’Arctique et de s’assurer qu’elles peuvent développer des capacités d’établir leurs propres priorités de recherche. En outre, Shelly est coordinatrice au bureau de SmartICE (lauréat du Prix Inspiration Arctique de 2016), un programme de surveillance de la glace de mer dans le Nord unique où le savoir traditionnel inuit se mêle avec la technologie pour offrir des services d’informations sur la glace de la mer. Elle coordonne avec passion les expéditions avec les collectivités rurales éloignées et cherche à encourager les expéditions autochtones et les opportunités d’apprentissage. 

Judith Kennedy

Priidu Jurrand (Vancouver, C.-B.)

Géographe et planificateur de l’utilisation du sol de formation, Priidu a eu la chance de passer toutes les années de sa carrière ainsi que sa retraite collaborant avec des organismes qui l’ont emmené dans des endroits éloignés au Canada et dans le monde. Quoiqu’il ne soit pas explorateur lui-même, il a suivi les pas des explorateurs qui ont pagayé dans les rivières et qui ont marché sur les sentiers qui représentent aujourd’hui d’importants symboles de découvertes géographiques et qui sont devenus des destinations touristiques.

Au début de sa carrière, il a travaillé avec Parcs Canada dans les années 1970. Il a mené des recherches et a pagayé le long des routes de canotage du Nord canadien empruntées par les peuples autochtones, les commerçants de fourrures, les mineurs d’or et les premiers explorateurs de la commission géologique du Canada. En fin de compte, ce programme de redécouverte, intitulé Wild Rivers Survey, a abouti à la création du Réseau des rivières du patrimoine canadien qui identifie et, grâce à la participation des agences provinciales, protège quelques rivières et routes de canotage pittoresques et importantes d’un point de vue historique. Ensuite, Il a travaillé comme planificateur environnemental dans différents services du gouvernement fédéral, et, en parallèle, il a voyagé en canoé dans le Nord, il a skié dans la chaîne Selkirk et il a fait le tour de l’Europe à vélo.

Depuis qu’il est à la retraite, Priidu s’est porté bénévole pour le service d’assistance canadienne aux organismes (SACO). Il a conseillé des entrepreneurs, des organisations gouvernementales locales et régionales dans des pays en voie de développement sur la création de projets de développement de tourisme lié à la nature. Cela l’a emmené à des endroits inhabituels et éloignés en Amérique centrale, en Amérique du Sud et aux anciennes républiques soviétiques.

TA Loeffler

TA Loeffler (St. John's, T.-N.-L)

TA Loeffler est professeur en enseignement en plein air et récréation et présidente du programme pédagogique Teaching and Learning à School of Human Kinetics and Recreation à l’Université Memorial de Terre-Neuve. Elle est, également, aventurière, passionnée de la nature et conférencière professionnelle principale, originaire de St. John’s, T.-N.-L. En 2015, TA a été nommée sur la liste des 100 meilleurs explorateurs pionniers contemporains du Canada par Canadian Geographic, et, en 2016, sur la liste des meilleures exploratrices contemporaines canadiennes. Après avoir escaladée le Denali, elle s’est fixée l’objectif de gravir le mont Everest ainsi que le reste des sept sommets, les montagnes les plus élevées de chacun des sept continents. Récemment, au printemps de 2016, TA a tenté de grimper, pour la troisième, fois le mont Everest où elle a atteint 7 300 mètres, ainsi, du moins pour le moment, elle a complété 6 et 4/5 des sept sommets.


Les sommets du Canada – une expédition visant à gravir les plus hauts sommets de chaque province et territoire. « Bienvenue à une expédition historique, qui a pour but de faire connaître le Canada aux Canadiens et au reste du monde. L’héritage de cette quête réside non pas dans les empreintes que nous laisserons sur les montagnes, mais dans l’impact qu’elle aura sur la vie des gens. Ensemble, nous pouvons changer les choses, un pas à la fois. »

— James Coleridge, chef d’expédition,
Sommets du Canada
© 2018 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH