La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


 

Subventions à la recherche

Bourse d’études de la SGRC en géographie nordique 2015 - Adrienne White

Interactions entre les eaux issues des milieux terrestre et marin lors de la perte de glace dans le nord de l’île Ellesmere
Au cours des 15 dernières années, les masses de glace marine ont eu des changements considérables tout le long du nord de l’île Ellesmere, dont 50% de perte du plateau de glace depuis les années 2000 et une perte totale de 690 km carrés de glace de rive pluriannuelle âgée de 55 à 60 ans d’Yelverton Bay.  Suite à ces pertes, des masses de glace terrestre, y compris des langues glaciaires qui atteignaient la mer via Yelverton inlet ont été exposées aux jeunes glaces de la mer et aux épreuves en eaux libres pour la première fois depuis le début des enregistrements. Des pertes de glaces marines semblables, qui ont eu lieu en Antarctique, ont provoqué l’accélération et l’écroulement des glaciers voisins mais, à présent, on ignore si ce processus se produit sur les glaciers de marée en Arctique canadien ou non. Le but de cette étude est de compléter l’inventaire des étendues de glaciers actuelles et des changements récents qui ont eu lieu dans le nord de l’île Ellesmere et d’examiner les changements de l’état d’un type précis de glace et de voir s’ils peuvent avoir des effets en cascade sur la stabilité des autres types de glace. Par exemple, de déterminer si la diminution de la banquise entraine et si l’écroulement du plateau de glace accélère la perte des glaciers. 

Le nom de famille d’Adrienne White convient à l’endroit où elle mène la majeure partie des recherches de sa maîtrise. En effet, l’île Ellesmere, où elle a travaillé sur une intéressante évaluation des glaciers et des plateaux de glace, est habituellement blanche à perte de vue.

« J’ai choisi la partie la plus inaccessible de l’Arctique canadien, dit-elle, la nature parfaite de l’île m’a époustouflée. » Mais, Ellesmere, un endroit éloigné, ne la protège pas des influences externes. White espère que ses recherches aideront les gens à comprendre les énormes conséquences du changement climatique.

Au cours des 15 dernières années, le nord de l’île Ellesmere a perdu plus de 50 pour cent de son plateau de glace. Ces blocs de glace géants flottants, qui peuvent se former où les glaciers s’écoulent sur les eaux océaniques froides, aident à arrêter le flux des glaciers dans l’océan, et de cette façon, la montée du niveau de la mer ralentira.

Grâce à la bourse d’études en géographie nordique de la Société géographique royale du Canada, White utilise différentes méthodes, entre autres, la télédétection et la recherche sur le terrain pour saisir les changements que les glaciers d’Ellesmere, les plateaux de glace et la banquise avoisinante ont subi. Elle veut savoir si les changements peuvent provoquer l’effet domino et engendrer ainsi l’instabilité des autres types de glaces. Par exemple, est-ce que la diminution de la banquise entrainera l’écroulement du plateau de glace? Est-ce que cet écroulement accélèrera la disparition des glaciers?

Bien que White ait encore deux années avant de terminer sa recherche, elle prévoit un large retrait de la couverture de glace de l’île. « Je me sens vraiment attachée à cette zone, dit-elle, mais finalement, tous les plateaux de glace disparaitront. »


« Dans mon enfance, j’entendais souvent parler de l’aciérie de Sydney, des mares de goudron et de la controverse entourant leur décontamination. Plus je lisais et j’apprenais de choses, plus ma curiosité grandissait. Cela me semblait un sujet d’étude tout indiqué. »

— Hannah MacDonald,
Université Mount Allison
© 2018 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH