La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


 

Subventions à la recherche

Bénéficiaire de la subvention à la recherche  2010



Sarah Panofsky
Université de la Colombie-Britannique

Un oléoduc oppose deux mondes

Sarah Panofsky photo
Photo : Andrew Querner
L’été dernier, l’attention de Sarah Panofsky a été attirée par l’opposition passionnée que suscitait parmi les Wet’suwet’ens le projet Northern Gateway d’Enbridge, qui prévoit le transport quotidien de 525 000 barils de pétrole en moyenne sur le territoire ancestral de la Première Nation, situé aux environs de Smithers, dans le centre de la Colombie-Britannique. L’or noir serait acheminé par des oléoducs jumelés reliant la région d’Edmonton au terminal portuaire de Kitimat (C.-B.)

Mme Panofsky, étudiante à la maîtrise en géographie humaine à l’Université de la Colombie-Britannique, examine comment le processus d’évaluation environnementale prend en compte les préoccupations des Wet’suwet’ens. Elle a bénéficié d’une aide financière de la Société géographique royale du Canada pour produire son mémoire de recherche.

Aux audiences tenues en août et septembre dernier à Kitimat et Prince George (C.-B.), Mme Panofsky a assisté aux présentations des chefs Wet’suwet’ens qui ont décrit les conséquences nuisibles d’un oléoduc sur le territoire et sur la faune. Leurs arguments étaient irrésistibles. « On assiste ici au choc de deux visions différentes du monde », constate-t-elle, ajoutant que l’évaluation environnementale est un processus complexe, biaisé en faveur de l’industrie.

Désireuse de partager ce qu’elle a appris, Mme Panofsky produit actuellement un documentaire en collaboration avec le bureau des Wet’suwet’ens. Elle espère que le film fera ressortir les limites de l’évaluation environnementale, qui ne permet pas d’appréhender pleinement les répercussions du projet d’oléoduc sur la communauté.

— Catherine Labelle


haut de la page


« Dans mon enfance, j’entendais souvent parler de l’aciérie de Sydney, des mares de goudron et de la controverse entourant leur décontamination. Plus je lisais et j’apprenais de choses, plus ma curiosité grandissait. Cela me semblait un sujet d’étude tout indiqué. »

— Hannah MacDonald,
Université Mount Allison
© 2017 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH