La Société géographique royale du Canada
  
Mieux faire connaître
le Canada aux Canadiens
et au monde entier.







Éditeurs de Canadian Geographic et géographica


 

Paul Ruest est nommé président de la SGRC et John Geiger devient premier dirigeant




Photo : Charlene Woodman

« Notre avenir semble prometteur », affirme Paul Ruest (ci-dessus), le nouveau président de La Société géographique royale du Canada depuis le 23 mai, à la suite de la démission de John Geiger (voir ci-dessous).

M. Ruest a joué un certain nombre de rôles au cours de ses douze années au sein de la Société, dont celui de vice-président et trésorier, et il est heureux d’y occuper une nouvelle fonction cruciale. « Cet organisme est d’une très grande importance qui doit survivre et prospérer, précise-t-il. Nous adoptons de nouvelles orientations et nous avons élargi notre portée en établissant de nouveaux partenariats passionnants. » M. Ruest demeurera président jusqu’à l’assemblée générale annuelle de la Société, en novembre, lorsqu’il sera admissible à poursuivre dans ce rôle ou à céder sa place.

Éducateur et administrateur dans l’enseignement pendant plus de 30 ans, il est titulaire d’un doctorat dans le domaine et est l’ancien président de l’Université de Saint-Boniface, à Winnipeg.

Par conséquent, il est tout à fait raisonnable de croire qu’il continuera à se faire le champion du mandat de la Société : mieux faire connaître le Canada aux Canadiens et au monde entier. « Que ce soit par l’entremise de nos publications, de nos plans de leçons en classe, de nos recherches ou de nos expéditions, nous encourageons l’apprentissage, poursuit-il. Quiconque parcourt le Canadian Geographic acquiert des connaissances considérables sur son pays et sur lui-même. À mon avis, l’éducation ne se limite pas à la salle de classe et elle n’est jamais terminée. »



Photo : David Trattles

John Geiger (ci-dessus) a occupé le poste de président de La Société royale géographique du Canada pendant deux ans et demi mais, lorsqu’il a annoncé sa démission en mai, ce n’était pas en songeant à tout abandonner. En fait, ce journaliste, éditeur et auteur à succès international va devenir le nouveau premier dirigeant de la Société. Il occupera ses nouvelles fonctions à Ottawa dès le 2 juillet. 

Il sera chargé d’accroître la visibilité nationale de la SGRC par l’entremise des services de publication et d’éducation et de faire progresser le prestigieux Collège des fellows de la Société. Il se concentrera également sur la poursuite de l’intégration des programmes de la Société.

Diplômé de l’Université de l’Alberta, il connaît bien le monde turbulent de l’édition moderne. Il a écrit cinq ouvrages, dont Frozen in Time: The Fate of the Franklin Expedition, ce qui fait de lui un spécialiste de l’un des apogées de l’exploration canadienne. Au cours des sept dernières années, il a occupé le poste de rédacteur en chef du comité de rédaction du Globe and Mail et a contribué au virage de ce journal national vers des plateformes plus numériques et axées sur les médias sociaux.

« Canadian Geographic est un magazine célèbre à l’échelle nationale pour ses normes rédactionnelles élevées, sa photographie remarquable, sa cartographie superbe et de nombreux autres attributs formidables, déclare M. Geiger. Nous devons défendre cette réputation et la meilleure façon de la faire consiste à nous adapter à cette industrie changeante. Nous ne pouvons pas être suffisants. »

M. Geiger est parfaitement conscient du pouvoir qu’exercent les plateformes des médias sociaux tels qu’Instagram, Twitter et Facebook et le contenu rédactionnel numérique pour atteindre un public plus vaste. « Nous devons engager notre collectivité et nous affilier à des gens de tous âges qui s’identifient à Canadian Geographic a-t-il ajouté.

« Nous savons qu’il ne suffit pas de publier de l’information. On s’attend à une conversation. Notre collectivité veut échanger des idées avec nous. »

Cette notion d’un engagement plus vaste s’applique également au travail éducatif de la SGRC. M. Geiger signale que CG Éducation, un autre des programmes clés de la Société, continue à progresser à pas de géant, tout comme l’enthousiasme des enseignants et des élèves à l’égard des plans de leçons à thème géographique de Can Geo Éducation, des cartes-tapis géantes au sol et des compétitions en classe à l’échelle nationale, telles que le Défi Régime Énergétique en classe, le concours La sortie scolaire la plus cool au Canada et le Grand défi canadien en géographie.

M. Geiger est sûr que la Société peut créer un niveau d’intérêt national semblable en s’adressant plus activement aux Canadiens de tout le pays. « J’aimerais qu’on organise des événements de la SGRC et des séries de conférences de Canadian Geographic dans des villes comme Vancouver, Winnipeg, Toronto, Montréal et Halifax, précise-t-il. À titre d’exemple, nous pourrions présenter une série entière traitant de notre excellent programme d’expéditions. Les explorateurs peuvent ajouter un contenu encore plus palpitant à toute autre plateforme. » À n’en pas douter, la vision de M. Geiger vise une intégration d’ensemble plus poussée : « La Société et ses programmes, qu’il s’agisse du programme éducatif ou du magazine, sont inextricablement liés et ils peuvent toujours travailler en coordination pour encourager la littératie géographique et célébrer notre pays. »  

— Nick Walker

haut de la page


« Les élèves adorent participer au Grand défi en géographie, et chaque année ils apprennent de nouvelles choses. Merci d’avoir créé cet excellent outil de motivation pour la géographie. »

— W.R. Best Memorial Public School, Shanty Bay (Ont.)
© 2017 La Société géographique royale du Canada CARTE DU SITE  |   RÉTROACTION  |   PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS  |   MODALITÉS D'UTILISATION  |   ENGLISH